THE TIME YOU ENJOY WASTING IS NOT WASTED TIME
"Bertrand Russel"

mardi 23 septembre 2008

Les entendez-vous?

Voilà, est déjà revenu ce temps de l'année.
Le chalet est maintenant fermé, le quai remonté, canot, kayak et autres accessoires à nos plaisirs d'été sont remisés pour l'hiver. Adieu petite cambuse, puisses-tu supporter encore une fois ces mois sous le poids de la neige et survivre au gel qui te transpercera les murs.

Puis c'est maintenant le tour des plate-bandes de la maison. Taillés à ras du sol les fougères géantes, les hémérocales, les hostas et autres plantes qui ont offert leur pétales aux doux rayons chauds du soleil d'été... ah non, ça va pas là... je recommence cette phrase... qui se sont fait noyer le pistil et écraser le feuillage sous l'abondance des pluies, averses et orages de la belle (?) saison.

Reste à nettoyer les boîtes à fleurs, l'ensemble de patio, la balançoire. Rentrer le bain d'oiseaux.
Et justement, parlant d'oiseaux, toutes ces tâches se font au son de ses courageuses bernaches, criant comme des folles, s'encourageant les unes les autres à ne pas se laisser aller à la fatigue car le voyage sera long. Et en effet, c'est sans relâche que je les entends, jour comme nuit, traversant le ciel motivées par une urgence mystérieuse.

Pour des "têtes d'oiseau", c'est quand même fascinant de voir toute la détermination et le courage dont elles peuvent faire preuve.

Allez, nous nous reverrons au printemps, les filles. Quand je serai à quatre pattes en train de préparer mes plate-bandes pour la belle (espérons-le) saison!!

video

Extrait du plus beau film que j'ai vu : Le Peuple Migrateur

Tiens, ça me donne envie de le revoir...

5 commentaires:

  1. Moui,

    peux-tu définir "plus beau film" ?

    On parle ici de beauté de l'image pure j'imagine ?

    RépondreEffacer
  2. Et bien... oui, les images sont à couper le souffle, mais c'est surtout le jeu d'acteur! Non... comment dire.

    Plus beau pour la poésie, la tendresse, les images incroyables. C'est plus qu'un documentaire, c'est une oeuvre. Nous faisons littéralement le voyage avec eux. C'est de les voir suivre leur trajectoire, que ce soit au dessus de paysages massacrés par l'humain ou au dessus de la grande muraille de Chine, avec la même indifférence, tout ce qui compte c'est de se rendre encore en vie.

    C'est une ode à la détermination de ces bêtes à vouloir absolument se rendre à CET endroit du globe plutôt qu'un autre.

    Difficile à décrire, mais je me souviens avoir brailler à certains passages...
    Je ne peux pas en dire autant de beaucoup de films!
    On m'a déjà surnommé "coeur de pierre"!

    RépondreEffacer
  3. Et il ne s'agit pas que des bernaches, on y voit à peu près tous les oiseaux migrateurs du monde!
    Vraiment beau!!!

    On se sent tout petit et insignifiant quand on voit des choses comme celles-là.

    M'enfin... amateurs de films d'action et de poursuites de chars s'abstenir!!

    @ Ticklebear: Ha,ha,ha!!Très bien résumé!

    RépondreEffacer
  4. Oui, le peuple migrateur....

    Ben y sont partis, je les ai entendu la semaine passée...

    Tu fais bien de fermer le chalet, ranger les canots... It's gonna snow soon!

    RépondreEffacer